Si le GIEC avait tort de A è Z, cela se saurait … Cependant…

« L’effet  de serre » permet le climat clément dont bénéficie notre planète. Cet effet de serre est, pour l’essentiel, redevable à H2O. De manière subsidiaire, les molécules de CO2 et quelques autres molécules minoritaires contribuent avec l’eau à l’effet de serre. Le GIEC adopte ces bases, mais attribue au CO2 un rôle quantitativement exagéré, alors que l’absorption par le CO2 est proche de la saturation. De nouvelles augmentations du CO2 atmosphérique ne pourront avoir que des conséquences très mineures.

http://andreleg.fr/wp-content/uploads/2020/03/Si-la-théorie-du-GIEC-était-fausse-.pdf

Redouter l’effet de serre ou mieux le comprendre?

L’effet de serre dû au CO2 est faible, l’essentiel de l’effet de serre est dû à l’eau. Ce dernier dépend de rétroactions positives et négatives. Cela laisse penser qu’une régulation est probable. L’effet de serre actuel est http://andreleg.fr/wp-content/uploads/2019/05/Effet-de-serre-redouter-ou-comprendre.pdfpar d’ailleurs proche de saturation, s’il n’est déjà saturé.

http://andreleg.fr/wp-content/uploads/2019/05/Effet-de-serre-redouter-ou-comprendre.pdf

température moyenne de 2017

Nous aurions pu nous attendre, après un événement el Niño exceptionnellement fort et une année 2016 particulièrement chaude, à une correction en baisse sensible en 2017.

Cela n’a pas eu lieu et  l’année 2017, si elle a été moins chaude que l’année précédente, a été l’une des années les plus chaudes depuis 1998.

La réalité continue cependant de mettre en défaut, même pour les points hauts de 2016 et 2017, les prévisions des modèles.

Température de 2017

Retour iconoclaste sur l’effet de serre

Un gaz à faible température et faible pression ne rayonne pas comme un solide. Des couches atmosphériques, ne rayonnent pas l’une sur l’autre conformément à la loi de Stefan. L’atmosphère n’est pas émettrice en fonction de sa température, mais réémettrice de photons absorbés. L‘anomalie des spectres relevés en Antarctique, qui font apparaitre une émission vers l’espace supérieure à l’émission de la surface, ne s’explique pas par le rayonnement de couches atmosphériques plus chaudes que le sol

Ces affirmations sont iconoclastes dans le sens où elles apportent un démenti à la doxa. Ce papier montre qu’elles sont vraies et que l’effet de serre s’explique de manière simple, même s’il fait appel aux notions d’énergie interne moléculaire. Il montre aussi que les raisonnements basés sur le rayonnement l’une sur l’autre de couches atmosphériques, en raison de leur température, conduisent à des conclusions absurdes.

http://andreleg.fr/wp-content/uploads/2017/06/Retour-iconoclaste-sur-leffet-de-serre.pdf

2016 année la plus chaude !

Que 2016 ait été la plus chaude depuis un siècle n’étonnera personne, chacun étant convaincu de l’augmentation de température constatée au vingtième siècle. Mais ce plus chaud est la conséquence d’un événement El Niño exceptionnel et ne met pas en cause l’existence d’un plateau de température depuis le début du siècle présent.

températures 2016

Ce site constitue, en quelque sorte, une mise à jour permanente de l'ouvrage : "L'homme est-il responsable du réchauffement climatique ?" Il propose des compléments, un commentaire annuel sur l'évolution des températures, mais aussi des réflexions et documents sur le thème connexe de la transition énergétique. Vous trouverez dans la page "Documents" la liste de ceux-ci et les liens permettant d'y accéder.